Pour recevoir nos informations par e-mail inscrivez-vous à notre newsletter
   

Nous contacter
» » » Les Calvaires


Notre commune est riche en calvaires, certains disparaissent dans la végétation d'une haie, d'autres, au contraire, se dressent fièrement au bord de la route ou d'un chemin.

 

En parcourant les routes et les chemins de notre village, on peut les découvrir, la plupart le long de la route départementale 109, véritable artère centrale de Prunières

 

Le premier calvaire se trouve à l'entrée du territoire de la commune en venant de Chorges; il a été dressé en 1932 à l'issue d'une mission. Ayant été renversé lors d'un violent orage il y a quelques années, il a été restauré par notre agent communal.

 

À environ un kilomètre se dresse la croix du jubilé de 1852. Elle est placée au champ dit de Catherine, le crucifix de fer se dresse sur un fût carré reposant sur un socle qui autrefois était entouré de bancs étagés décrivant un demi-cercle. Le matériau utilisé, du marbre de Chabrières, a été taillé par Camille Tiran tailleur de pierres à Chorges. Jadis on s'y rendait en procession aux fêtes de l'Ascension et de l'Assomption.

 

Toujours sur le côté nord de la route, près de l'église, on découvre dans la haie, une croix de bois, portant l'inscription « Saint Joseph mission 1891 ».

À quelques pas, sur le côté gauche de l'église, sur un socle de pierre d'un volume imposant se dresse une croix de bois ne portant aucune inscription.
Celle-ci était jadis installée à l'entrée du cimetière ; en ce temps-là les personnes décédées de la commune étaient enterrées près de l'église, cette croix signalant le champ des morts. Elle a été installée à son emplacement actuel il y a quelques d'années, et a été remplacée récemment grâce au concours de l’association « Les Amis de Prunières ».

 

À quelques centaines de mètres, on trouve dans le talus toujours sur le côté nord de la route, une croix portant l'inscription « Mission 1922 ». Dans le registre de la paroisse Monsieur l'abbé Durand curé de Prunières écrit que cette croix a été donnée par Madame Borel et fut plantée à Vernaudon en dessous de Masse et transportée à son emplacement par les membres du secours mutuel.

 

Cette fois sur le côté sud de la route derrière la cabine téléphonique, près du carrefour de la Route des Vignes, on trouve la croix des Clos qui se dresse sur un socle imposant, en marbre noir de Freycinet.
Sa mise en place fut effectuée à la clôture de la mission qui eut lieu au début de 1914. Elle a été installée sur son socle actuel lors de la fête pascale et c'est à cette époque qu'a été gravée l'inscription « Avant d'aller à la mort, nos héros nous saluent ». L'auteur de cette phrase lapidaire avait sans doute en mémoire le salut des gladiateurs "Ave César morituri te salutant" : Salut César ceux qui vont mourir te saluent. Ce socle est l'œuvre du dernier marbrier de Chorges, M. Gentilini.Cette croix a été mise en valeur en 2012 par un aménagement touristique réalisé par la commune.

 

À Prapérier, près de la fontaine, dans le talus côté nord, une croix en fonte récemment restaurée, est scellée sur un socle portant la date 1871 ; en dessous sur un moellon sont gravés un Sacré-Coeur et la date 1806.
Le Sacré-Coeur il faut le rappeler était durant la Révolution 1'emblème des Vendéens ; quelque Chouan seraient-ils venus se réfugier dans les Hautes-Alpes et marquer ainsi son passage, ou a-t-on voulu commémorer le concordat de 1801 qui mit fin au schisme du à la loi de 1790 dite «  Constitution civile du clergé » ?

 

Sur le chemin du Lauguet peu avant les premières maisons du hameau, se trouve toujours sur le talus nord, une croix en fer forgé scellée sur un fut de pierre de belle taille.
Ce calvaire a été élevé lors de la mission de 1908 et fut offert par les habitants du hameau.

 

En montant au Serre à hauteur des quelques maisons de 1'Adroit se trouve une autre croix de bois portant l'inscription « Mission 1914 » et les lettres MA

 

Enfin, un dernier calvaire se trouve à l'entrée du hameau du Pomeyret,sur le côté gauche; c'est une croix de bois qui a été restauré en 2009 par la commune.