PRUNIÈRES...C'est sa Chapelle SAINT-MICHEL

Photo Chapelle SAINT MICHEL

A l’époque gallo romaine, le site Saint Michel était  un lieu de culte dédié à Mercure.

Bâtie en 1027 par le Comte de Provence au lieu dit la Couche en bordure de la Durance,

L’ordre de Saint Jean de Jérusalem y installe en 1140 un prieuré et un hôpital ( hôpital  Saint Jean destiné à accueillir les voyageurs). A la fin des croisades, les chevaliers de l’ordre de Saint Jean créent de nombreux hôpitaux et prieurés dans la région.

En 1408, Jean de Poligny, abbé de Boscodon, voyant son abbaye en ruine après les saccages successifs des « routiers provençaux », va demander et obtenir du pape  son union avec Saint Michel de la Cluse, il va recevoir en ‘dot’ le petit prieuré et c’est tout naturellement qu il sera placé sous la protection du grand St Michel.

Le « mariage » sera, de courte durée car n’étant pas du tout du goût de l’archevêque d’Embrun, Michel de Perrelos, il sera cassé le 11 mai 1431 par un autre pape Martin V .

Néanmoins, Boscodon va conserver sa dot et ce jusqu’à la révolution.

Situé sur une colline dominant la Durance, il n’en reste plus que la chapelle. Ses murs sont très anciens. M. Roman dit que la partie qui reste est du 17e siècle [Répertoire archéologique] ; sans doute depuis sa destruction par les troupes du duc de Savoie, en 1692.

Nous connaissons certains remaniements de l’édifice.

En 1878, le toit et le campanile sont refaits à neuf ; l’intérieur est rafraîchi. L’autel, en marbre rose, est enlevé et remplacé par un autre en bois ; le beau parement en cuir gaufré et doré est  détruit.

En 1903, de nouvelles réparations sont effectuées.  

Autrefois, la paroisse de Prunières se rendait en procession à la chapelle, le 29 septembre, fête de l’Archange.. La messe y était célébrée assez souvent, selon la demande des habitués. Les morts étaient enterrés dans le cimetière tout proche. Le projet  puis la réalisation du barrage de Serre-Ponçon mettront fin à cette coutume …. Le cimetière sera détruit, les sépultures seront transférées au cimetière de Prunières .

Aujourd’hui, propriété du conseil général, elle n’accueille plus de célébrations religieuses depuis 1961 année de mise en fonction du barrage !

En 1958 une première décision est prise quant au sort de la chapelle Saint Michel qui  devait être désaffectée et démolie Cette décision sera modifiée au mois d’aout, finalement la chapelle sera belle et bien «  sauvée des eaux »…..

Considérée comme l une des 7 merveilles du département, c’est certainement un des lieux les  plus photographiés du pourtour du lac de Serre-Ponçon, la petite chapelle Saint-Michel, véritable miraculée de l’inexorable montée des eaux du début des années 60, est devenue un véritable joyau du paysage haut alpin de part sa position au dessus de l’eau …

              Origine des sources ; Archives départementales. Dauphiné libéré. Roger Cézanne